PAPER WORKS

Du 19 octobre au 28 décembre 2019

La Galerie Goutal présente cet automne les oeuvres de Matt Shlian (USA), Ya Ké Shang (France-Chine), Pierre Vogel (France) et Claire Chavagnac: PAPER WORKS.
Né en 1980 aux Etats-Unis dans le Connecticut, Matt Shlian a développé un langage original à la croisée de l’art et des sciences.
Formé aux arts céramiques notamment à Alfred Université et à Cranbrook, il ne revendique aucune affiliation, considérant son travail en marge de tout mouvement artistique.
Il s’est très vite intéressé à l’impression numérique et au support papier dont il apprécie la délicatesse et l’immédiateté.
Matt Shlian aborde la création d’un point de vue scientifique, le conduisant à s’entourer de chercheurs de l’université du Michigan. Ensemble, ils travaillent à échelle nanométrique pour étudier les structures du papier. Un support idéal selon lui, pour illustrer la division cellulaire, le développement des cellules solaires. Ces observations scientifiques sont une première étape. Le processus d’exécution dépend d’une planification et de mesures précises, chirurgicales.
Cependant, le plus important demeure le pli initial. Cette toute première action qui va provoquer comme une suite de dominos un transfert d’énergie vers les plis suivants. Et c’est également au travers d’ incidents arbitraires et au fur et à mesure de la construction que le mouvement se crée, donnant naissance à des compositions fascinantes dans lesquelles la force transcende la légèreté du papier.

Né en Chine en 1981 Ya Ké Shang est un peintre franco-chinois. Il a passé son enfance en Chine, dans la province de Jiangsu et n’y est jamais retourné. Il conserve de ses jeunes années un souvenir diffus mais émerveillé des paysages montagneux, notamment des Monts Huang.
On pourrait considérer l’oeuvre de Ya Ké Shang comme une retranscription de ses souvenirs.
Pour ses cyano-paintings Ya Ke Shang a recours à une « méthode personnelle de froissage» de papier de riz
qu’il trempe dans une solution photosensible de cyanotype.
Le papier froissé est ensuite exposé au soleil et révèle une emprunte bleue. C’est à partir de ce matériau que l’auteur va trouver l’inspiration et composer par un système de superposition puis de marouflage des paysages abstraits sur lesquels il peint.
Les deux éléments (le Shan pour la montagne et le Shui pour l’eau) sont unis en d’infinies combinaisons et réinventées à travers un procédé de photographie et de peinture expérimentale.

Pierre Vogel voit au travers de la photographie un espace de re-création dans lequel les éléments les plus éphémères se retrouvent pérénisés.
A l’origine de son oeuvre, il y a cette expérience de mort imminente qu’il a connue à l’âge de 6 ans. De cet instant où il a été entre la vie et la mort, il conserve le souvenir intense d’une lumière vive et douce qui ne le quitte plus.
Pour restranscrire ce rayonnement dans son environnement si particulier, il a fait le choix d’utiliser le papier comme support de travail. Un matériau qu’il apprécie pour sa malléabilité mais aussi sa fragilité.
Dans un premier temps, Pierre Vogel va l’altérer par divers procédés de bains, de teintures. A partir de ces lambeaux qu’il superpose, jouant tantôt de leur opacité ou de leur transparence, il érige de délicats édifices au travers desquels la lumière du jour va filtrer.
L’acte photographique permettra de sceller cet instant où l’auteur reconnaitra dans cette fugace création, ce souvenir indélébile.
En s’attardant sur ces paysages abstraits où l’horizontalité domine, le regard décèle les éléments qui ont participé à leur réalisation: déchirures, lettres imprimées, bribes de phrases.
Les compositions de Pierre Vogel sont habitées par des séries de vagues, sublimées par un jeux subtil de lumières et de variations monochromatiques qui nous rappellent parfois l’oeuvre de Mark Rothko.
De la complexité du processus créatif surgit alors un univers à la beauté abstraite qui stimule notre imagination.

Née à Lannion en 1950. Claire de Chavagnac suit des études d’architecture et design avant d’intégrer les Beaux-arts et les cours de la ville de Paris. Après avoir travaillé aux opéras de Paris, elle ouvre en 1993 une section de décor peint et décor éphémère à l’école des arts appliqués AFEDAP (Paris). Depuis 1996, l’artiste a ouvert son propre atelier.

PAPER WORKS  du 19 octobre au 29 décembre 2019

Communiqué de presse PAPER WORKS / 30.09.2019
Exposition PAPER WORKS- Merci de contacter la galerie : contact@galerie-goutal.com