Exposition N°1: Du 30 juin au 17 septembre 2017

La Galerie Goutal ouvre ses portes le jeudi 29 juin 2017 avec une exposition inaugurale réunissant les oeuvres de Jean-Pierre Attal, Gilles Desrozier, Pierre Ollier et le duo formé par Olivia et Vincent Goutal.

« N°1 » présente 5 photographes contemporains. Les oeuvres exposées ont été sélectionnées pour leurs qualités techniques et esthétiques remarquables ainsi que pour leur approche originale du médium photographique. Chaque image est le résultat abouti d’une réflexion personnelle sur les rapports que l’homme entretient avec le monde moderne.

Depuis les années 2000, la recherche photographique de Jean-Pierre Attal s’apparente à une enquête sociologique sur les mécanismes que sous-tendent les milieux urbains et leurs structures architecturales. A l’image de l’ethnographe, il recueille dans un premier temps les données brutes sur le terrain. Puis, il synthétise, structure ses images comme des compositions abstraites, générant des motifs semblant s’étendre au-delà même de l’image. Tels des monolithes modernes, les grands formats de Jean-Pierre Attal nous interpellent sur l’évolution du paysage urbain et sur la répercussion qu’il peut avoir sur l’humain.

Les oeuvres de Jean-Pierre Attal sont régulièrement exposées dans les principales foires internationales  d’art contemporain et ont été acquises par des fondations privées et des collections publiques.

Gilles Desrozier aime l’idée qu’une photographie puisse être le départ d’une aventure. Dans ses oeuvres, il investit des lieux à la croisée d’histoires entremêlées, réelles ou fictives. C’est à l’occasion de voyages qu’ il collecte des prises de vue qui constituent la matière première de son oeuvre. Un substrat documentaire sur lequel il tisse tout en finesse un univers onirique. Au travers de ses réalisations, l’auteur explore le champs des possibles de l’appareil photo. On peut citer l’autochrome, la solarisation, le traitement croisé, le virage… De ces superpositions du réel apparaît une image unique, troublante, levant la limite entre le réel et l’imaginaire.

Gilles Desrozier, a été lauréat du prestigieux prix Arcimboldo et a été distingué par le prix HSBC. Il est régulièrement exposé dans les foires internationales.

Pour réaliser ces déambulations entre rêve et réalité, le duo Olivia et Vincent Goutal puise son inspiration dans l’imaginaire collectif, que ce soit dans la publicité, la littérature, le cinéma, et surtout dans la peinture d’Edward Hopper, de Caspar Friedrich ou bien dans celle des grands maîtres de l’âge d’or. A l’occasion de l’exposition inaugurale de leur galerie, ils dévoilent les premières images de leur série sur l’enfance: « Les Petits Mondes ».

Olivia et Vincent Goutal ont été distingués par les Sony Photography Awards et les International Photography Awards. Lauréats des Photomed Awards 2016, ils ont été récemment choisis par les Editions de l’Olivier pour illustrer la couverture du roman de Jakuta Alikavazovic, « L’Avancée de la nuit ».

Dans la série C.L.I.NT.E.A.S.T.W.O.O.D, Pierre Ollier s’est rendu dans le désert de Tabernas en Espagne, qui depuis la moitié du XXe siècle sert de décor de cinéma tant il ressemble aux déserts du Sahara et de l’Ouest américain. Sergio Léone y a réalisé sa célèbre Trilogie du Dollar tournée dans les années 60.

Suivant les traces du réalisateur italien, la série C.L.I.NT.E.A.S.T.W.O.O.D. reprend le mythe du « lonesome cowboy » sous la forme d’une fiction photographique. Mais derrière ces images évoquant la beauté des films des sixties, ce projet interroge l’identité du lieu: en entretenant le folklore d’une époque révolue, le désert de Tabernas suscite une rupture avec le réel lui-même. Dans sa duplicité, quelle est donc la véritable identité de ce territoire?

Lauréat des Photomed Awards 2016, le jeune photographe Pierre Ollier expose pour la première fois sa série C.L.I.N.T.E.A.S.T.W.O.O.D.